Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 08:49
Pour saluer Giono  Jacques Viallebesset

On voit le désert extraordinairement blanc

L'hiver jusqu'aux lisières noires des bois

Le village s'ennuie sous son poids de neige

Certains rêvent à des hiéroglyphes de sang

 

Un roi sans divertissement est un homme

Plein de misère comme les autres et vous

Ordinaire cruel monstrueusement commun

Surtout s'il tue seulement pour se distraire

 

Le capitaine l'avait reconnu comme lui-même

Et le libéra d'un coup de pistolet dans le ventre

Lui aussi traquant les loups désirait se distraire

Il savait pourtant que seul l'homme est un loup

 

Il essaya quand même de construire une vie

Comme tout le monde allant jusqu'à se marier

Mais l'ennui l'engourdit d'une douceur molle

Car il est la grande malédiction de l'univers

 

Un jour il trancha le cou d'une oie blanche

Et jouit du sang vermeil en étoile sur la neige

Hypnotisé il prit peur de sa propre cruauté

Sa tête éclaboussa en gerbes d'or dans le ciel

Un bâton de dynamite à la place d'un cigare.

 

JV

Extrait de Sous l'étoile de Giono

disponible sur www.editmanar.com

 

Pour saluer Giono  Jacques Viallebesset
Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans pour saluer giono
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 09:09
pensée - Herman Hesse

La tendresse est plus forte que la dureté

L'eau est plus forte que le rocher

L'amour est plus fort que la violence

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 08:34
Le clown se meurt . Catherine Smits

 

Je nais chaque fois que je monte sur scène

 

Un gros nez rouge sur mon visage blême

 

Je suis l’enfant dont je me souviens bien

 

Un homme d’esprit, un poète du rien

 

 

 

J’attrape le ridicule et le fait tournoyer        

 

Avec l’élégance des désespérés

 

Je suis le fou qui transforme les blessures

 

Des âmes fêlées de mille et une brisures

 

 

 

Je jongle avec mon ballon pathétique

 

Entre tristesse et vérités cyniques

 

Mes soupirs sont une oraison d’amour

 

Qui bat doucement la mesure des tambours

 

 

 

Je verse des larmes que personne ne remarque

 

Détresse muette, miroir de mes grimaces

 

Je tente de vous prendre par le bout du cœur

 

Je ne suis pour vous qu’un stupide amuseur

 

 

 

Je trébuche sur le gradin de vos rires

 

Mes pieds dans cette humaine tragédie

 

Bienvenue dans le cirque de l’Univers

 

J’ouvre mes bras d’étoiles et de poussière

 

 

 

L’heure de ma dernière farce a sonné

 

Je rejoins ma verdine les bras chargés

 

De la misère du monde et de vos peurs

 

Sous son fardeau, le clown se meurt

 

 

 

Mais avant de tirer ma révérence

 

Avant de toucher le fond en silence

 

Il me reste l’ironie du désespoir

 

Pour ceux qui n’ont rien compris à l’histoire.

 

 

 

 

 

Catherine Smits

Poème inédit

 

Tous droits réservés

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 07:50
Tes mains d'oiseau . Florence Jeryas

J'apparais à moi-même

Avec tes mains d'oiseaux

Arabesques sourcières

Qui m'érigent en rameaux

Je m'ouvre en éventail

Mes souffles agitent le vent

D'intimes fiançailles

Sacrent tous nos serments .

Poème inédit

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 11:04

                                                                 à ceux de 14-18

J'ai vingt-deux ans et je ne veux pas mourir

Dans la bouee mêlée du sang des bêtes et des hommes

Leurs yeux vitreux luisent comme ceux des moutons

Dans le grand troupeau de cette folle boucherie

 

Sous le brasillement d'étoiles qui remplit le ciel

Ils sont des milliers qui roulent comme un ruisseau

Derrière le bélier dans la verte fraîcheur moussue

Chant éternel et vivant de la terre au cosmos

 

Le temps est figé dans l'attente et l'angoisse

Le monde est rétréci à cinq mètres de soi

Au-delà le pays mystérieux d'où vient la mort

L'aube se lève toujours sur des ruines horrifiées

 

Au pays on allait au verger faire la sieste dans le foin

Je le revois toute chaude avec ses mains de caresses

Qui passait ses doigts dans l'épaisseur de mes cheveux

Et j'ai cette grande faim dont elle est le pain

 

Je veille dans la plaie d'un éclatement de mines

Avec des cadavres entassés comme parapet

Une mitrailleuse rythme ma sourde inquiétude

J'entends l'agonie lente d'un blessé entre les lignes

 

Mon amour il faut que je te dise ce que j'ai fait

J'ai levé haut ma main à dix mètres et il a tiré

Comme le renard se ronge pour briser le piège

Il me reste une main douce pour te caresser 

 

Le berger prit l'enfant dans ses bras en corbeille 

Et lui dit: tu aimeras les étoiles de la nuit

Il te sera donné de porter le sac des autres

Et d'être au bord des routes comme une fontaine .

 

Extrait de "Sous l'étoile de Giono" . Editions Al Manar/Alain Gorius 2014.

Disponible en librairie, amaon.fr, fnac.com et www.editmanar.com  

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans pour saluer giono
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 08:08

Ils n'existent pas, les poètes

Ils naissent sans cesse

Et surgissent sans prévenir

De la glaise du poème.

 

Qui est-il cet autre qui nous rêve?

 

Ils vont chercher de par le monde

Eux, les poètes

La terre creuse et désoeuvrée.

 

Une chimère défigure la Parole perdue

Et le poète entame son pélerinage

Un désert noir fond sur les blés

Et le poète l'arrête d'un cri d'enfant

 

Qui sait la lettre qui ouvrira la lucarne?

 

Il y a un être entier dans la paume de nos mains

Et nous ne voyons rien

Ou si peu-

                 les poètes 

 

Matthieu Baumier . Le silence des pierres. Editions Le Nouvel Athanor.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 07:41

Désapprendre. Déconditionner sa naissance. Oublier son nom. Etre nu.

Dépouiller ses défroques.Dévêtir sa mémoire.Démodeler ses masques.

Déchirer ses devoirs. Défaire ses certitudes. Désengranger ses doutes.Désemparer son être.

Débaptiser sa source. Dérouter ses chemins. Défeuiller ses désirs.Décharner ses passions.

Désacraliser les prophètes. Démonétiser l'avenir. Déconcerter l'antan. Décourager le temps.

Déjouer la déraison. Déflorer le délire. Défroquer le sacré. Dégriser le vertige.

Défigurer Narcisse. Délivrer Galaad. Découronner Moloch. Détroner Léviathan.

Démystifier le sang. Désencombrez votre âme. Déséchouez vos échecs. Désenchantez le désespoir. Désenchainez l'espoir.

Désamorcez vos peurs. Désarrimez vos coeurs. Désespérez la mort.

Dénaturez l'inné. Désincrustez l'acquis. Désapprenez-vous.

Soyez nu.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 08:28
La sève

L'esprit de la sève donne sens au mystère

De toute vie dans sa poussée vigoureuse

C'est bien la même eau qui roule dans mes veines

Comme le sang de la terre coule aux fontaines

 

La fleur prend son élan caché vers la lumière

Son chiffre et la forme du fruit sont issus

Des semblables particules élémentaires

De l'infini fourmillant d'astres à la terre

 

L'arbre est déjà entier dans le brin d'herbe vert

Qui pousse droit pour demain répondre au soleil

Au même pays tous les chemins du monde mènent

Sous l'écorce drue des hautes futaies humaines

 

Le torrent dévale comme s'il était l'artère

Où martèle en secret le pouls de la vie

De l'atome au cosmos la nature est une

Qui nous tient debout entre soleil et lune .

 

JV

Poème inédit à paraître in " La cinquième saison"

Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 1
Published by Jacques Viallebesset - dans La cinquième saison
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 08:17
Malenfance. Jacques Viallebesset

Des hommes galopent dans la nuit

Debout dans leur manteau d'étoiles

Traquant les loups de Malenfance

Dans la forêt des sortilèges

La crinière de leurs chevaux noirs

Sont des vagues d'écume blanche

Ils viennent à la rencontre des hommes

Brandissant l'amour tel une torche

Un soleil d'or qu'on imagine

Rougeoie dans la forge de nos coeurs

Une étrange ferveur nous gagne

Leurs montures piaffent d'impatience

Pour aller aux paupières de l'aube

Où la lumière vaporeuse dissipe

Le carnaval des astres qui meurent

J'écoute le chant d'un rouge-gorge

Qui monte sans fin de mon sang.

 

Poème extrait de  " Ce qui est épars"

Recours au poème éditeurs . Mai 2015

www.recoursaupoemeediteurs.com

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Ce qui est épars(inédits)
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 07:53

                                            Pour saluer Giono

Je suis avec toi âme sincère et coeur pur 

Egaré dans le dédale de ta forêt obscure 

Cherchant en aveugle la clairière de l'être 

Je suis le compagnon qui a travaillé comme toi 

A qui tu peux dire tes espoirs et désirs secrets 

Je t'apporte les forêts les mers les montagnes

Je suis avec toi quelles que soient tes erreurs 

Dans tes yeux sont gravés tes rêves ta nostalgie

Toute l'innocence perdue depuis l'enfance

Cette absence de pureté que tu ne vois plus 

C'est ainsi que la mort arrive avant l'heure 

Je suis ton compagnon en perpétuelle révolte

Et si la société a tué en toi cette faculté 

Je t'affirme que les prés fleuris t'appartiennent

Je suis avec toi partout où tu es esseulé 

Je t'attends aux estuaires de ta résignation 

Tu imagines les routes du vent les joies du monde

Au nom de l'espoir je t'offre amour et amitié

Pour soumettre ton désir au rythme du cosmos 

Je suis avec le berger qui t'attend près de ta source.

 

" Sous l'étoile de Giono" Editions Alain Gorius/Al Manar .Octobre 2014

disponible sur amazon.fr et sur site de l'éditeur www.editmanar.com

Ete

                                              

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans pour saluer giono
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :