Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 05:15

Il n'est personne, en tout cas, fût-on jusque-là sans culture qui ne devienne poète quand de lui l'amour s'est emparé.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 05:15

L'amour a la vertu de dénuder non pas deux amants l'un en face de l'autre, mais chacun des deux devant soi-même.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 10:15

tant-je-t-ai-desiree

 

Lithographie : 150 euros

Papier aquarelle Arches coton 64 , 8 X 101, 6 cm, 350g/m2

 

Portfolio des 15 poèmages : 350 euros

Papier aquarelle Montval

10 exemplaires, 15 planches 50X32 cm , 350g/m2

 

Edition de tête du recueil : 1300 euros

Numérotée de 1 à 9.

Planches non reliées

18X 24, 180 g/m2

Papier aquarelle coton

 

Les poèmages de L’écorce des cœurs sont tous numérotés et signés par l’artiste et l’auteur.

pour commander: jérome toret 06 15 01 14 41

jerome@jerometoret.com

 

Ci-dessus le poèmage "je t'ai tant désirée"

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Les poemages de l'écorce des coeurs
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 05:15

Le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 05:15

La poésie se fait dans un lit comme l'amour. Ses draps défaits sont l'aurore des choses .

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 05:15

Le jour que tu passes sans amour ne mérite pas que le soleil l'éclaire et que la lune le console.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 05:15

Le bonheur n'est pas le but mais le moyen de la vie.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans La pensée du jour
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 05:00

Entendez-vous le stacatto de leurs sabots? Les rumeurs

De la nuit se sont déployées pour les attirer vers la côte.

La mer bâille, et ses langues insistantes épuisent

Les garçons endormis enchaînés à leur monde gelé.

Car c'est bien plus que de la terreur et de la fureur

Que dégagent ces coursiers de la nuit. C'était plus que du désir

Qui animait ces cavaliers hurlant à travers ces lointains comtés

De culture et de savoir-faire. Ces chevaux sauvages

 

En cuivre ne sont que des emblèmes; ils ne sont

Que fougue vers ailleurs. Mille après mille

Je vois une forme encapuchonnée veinée comme le Nil

Et indistincte, émerger; de quelle naissance cosmique

Une fois de plus nos pensées jailliront-elles impénétrables,solitaires

Et dévaleront sur la terre comme ces chevaux sauvages.

 

Ulysse brulé. Collection ORPHEE. Editions de La Différence. 2012

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 08:51

Derrière les arbres est un autre monde,

le fleuve me porte les plaintes,

le fleuve me porte les rêves,le fleuve se tait,

quand le soir dans les forêts

je rêve du Nord ...

 

Derrière les arbres est un autre monde,

que mon père a échangé contre deux oiseaux,

que ma mère nous a rapporté dans un panier,

que mon frère perdit dans le sommeil,

il avait sept ans et était fatigué...

 

Derrière les arbres est un autre monde,

une herbe qui a le goût du deuil, un soleil noir,

une lune des morts,

un rossignol, qui ne cesse de geindre

sur le pain et levin

et le lait en grandes cruches

dans la nuit des prisonniers.

 

Derrière les arbres est un autre monde,

ils descendent les longs sillons

vers les villages, vers les forêts des millénaires,

demain ils s'inquiètent de moi,

de la musique de mes fêlures,

quand le blé pourrit, quand rien d'hier ne restera

de leurs chambres, sacristies et salles d'attente

 

Je veux les quitter. Avec aucun

je ne veux plus parler,

ils m'ont trahi, le champ le sait,

le soleil me défendra, je sais, je suis venu trop tard ...

 

Derrière les arbres est un autre monde,

là-bas est une autre kermesse,

dans le chaudron des paysans nagent les morts et autour des étangs   

fond doucement le lard des squelettes rouges,

là-bas nulle âme ne rêve plus de la roue du moulin,

et le vent ne comprend

que le vent...

 

Derrière les arbres est un autre monde,

le pays de la pourriture,

le pays des marchands,

un paysage de tombes, laisse-le derrière toi

tu anéantiras, tu dormiras cruellement 

tu boiras et tu dormiras

du matin au soir et du soir au matin

et plus rien tu ne comprendras, ni le fleuve ni le deuil ;

car derrière les arbres

demain,

et derrière les collines, 

demain,

est un autre monde.  

 

Sur la terre comme en enfer. Editions de La Différence. 2012

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 08:21

 

Jacques Izoard. Œuvres complètes Tome III. 2000-2008

Editions de la différence

Isbn : 978-2-7291-1959-1

Prix : 39

 « Il suffit de s’arrêter de penser pour que surgisse le poème », c’est ainsi que de 1962 à 2008, Jacques Izoard a noirci des dizaines de carnets, notant au jour le jour les impressions de la réalité quotidienne, avec humour, facétie, légéreté,  débusquant la poésie « dans les endroits les plus quelconques ou, au contraire, les plus étranges ».  C’est ainsi que Jacques Izoard a bâti une œuvre, abondante, riche, intense, faite de brefs jaillissements ( rares sont les textes de plus de dix vers), s’efforçant de retrouver une parole fondatrice , neuve, où les mots auraient retrouvé la  force primordiale. Il doutait de son écriture pour dire les êtres, les choses et la vie : « souvent, les mots manquent », « tout à coup les mots sont à court de mots ». Pourtant, on peut parler  d’alchimie du verbe chez Izoard tant les mots convoqués sur la page disent beaucoup plus que ce qu’en apparence ils disent. « C’est qu’il s’agit d’éplucher les mots », a-t-il écrit cherchant en permanence à restaurer l’intensité du sens derrière l’apparence, à retrouver l’essence des choses. Alchimie ou magie tant les mots d’Izoard ont la capacité de renouveler en chacun de nous le regard  que nous portons sur le monde, la poésie d’Izoard  nous rappelle que vivre  écrire, lire sont une seule et même chose :  une expérience .

 

 

 

Mais écrire est comme un souffle

qui jamais ne s’arrête

et charrie mots légers

qui, pourtant, s’abstiennent

de signifier quoi que ce soit

 

In MAGAZINE LITTERAIRE . MAI 2012

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans chroniques d'AJL
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :