Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 06:53
La sève .Jacques Viallebesset

L'esprit de la sève donne sens au mystère

De toute vie dans sa poussée vigoureuse

C'est bien la même eau qui roule dans mes veines

Comme le sang de la terre coule aux fontaines

 

La fleur prend son élan caché vers la lumière

Son chiffre et la forme du fruit sont issus

Des semblables particules élémentaires

De l'infini fourmillant d'astres à la terre

 

L'arbre est déjà entier dans le brin d'herbe vert

Qui pousse droit pour demain répondre au soleil

Au même pays tous les chemins du monde mènent

Sous l'écorce drue des hautes futaies humaines

 

Le torrent dévale comme s'il était l'artère

Où martèle en secret le pouls de la vie

De l'atome au cosmos la nature est une

Qui nous tient debout entre soleil et lune .

 

JV

Poème inédit à paraître in " La cinquième saison"

Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 1
Published by Jacques Viallebesset - dans La cinquième saison
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 07:15
Pour saluer Giono 14. Jacques Viallebesset

Il y a des vieillards de vingt ans discuteurs

Debout par la seule fatuité de leur néant

Je ne veux plus du monde que l'on nous fait

Je veux le monde que nous désirons sans fin

Etre à l'écoute des ailes qui se déploient en nous

Pour s'envoler sur les voies de la pureté

Les chemins du pain du vin et de l'amour vrai

J'aime les hommes drus comme des gerbes de blé

J'en connais aux yeux marins largement ventés

Dans lesquels se lèvent les plus belles aurores

Des artisans honnêtes du métier de vivre

Rabotant les mots comme le menuisier le bois

Qui respectent la matière comme l'être aimé

Pour qui l'amour et l'ouvrage sont des raisons

De croire à la paix la tendresse et l'espérance

A l'orgueil fou du fat j'oppose la seule fierté

Des êtres sincères qui tressent en patience leur nid

De vérité de soi avec des mains de caresse

A la trompeuse forme morbide du désespoir

De la misère et de l'artifice qu'est l'argent

Répond la condition naturelle de l'homme

Refaisant chaque matin la création du monde

Et de la terre en sommeil sur son lit d'étoiles

Il faut se créer par coeur des raisons d'espérer

On ne connait que ceux que l'on aime vraiment

A ceux-là je veux dire le triomphe de la vie

Que la poésie vous garde purs et vivants

Communion de joie vraie sous la voûte étoilée.

 

Extrait de Sous l'étoile de Giono

Editions Alain Gorius/ Al Manar

disponible sur www.editmanar.com

 

Repost 1
Published by Jacques Viallebesset - dans pour saluer giono
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 07:13
Malenfance. Jacques Viallebesset

Des hommes galopent dans la nuit

Debout dans leur manteau d'étoiles

Traquant les loups de Malenfance

Dans la forêt des sortilèges

La crinière de leurs chevaux noirs

Sont des vagues d'écume blanche

Ils viennent à la rencontre des hommes

Brandissant l'amour tel une torche

Un soleil d'or qu'on imagine

Rougeoie dans la forge de nos coeurs

Une étrange ferveur nous gagne

Leurs montures piaffent d'impatience

Pour aller aux paupières de l'aube

Où la lumière vaporeuse dissipe

Le carnaval des astres qui meurent

J'écoute le chant d'un rouge-gorge

Qui monte sans fin de mon sang.

 

Poème extrait de  " Ce qui est épars"

Recours au poème éditeurs . Mai 2015

www.recoursaupoemeediteurs.com

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Ce qui est épars(inédits)
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 07:12
Lorsque je serai mort. H. Gougaud

Qu'on me lave de vin lorsque je serai mort

que le sang de la vigne envahisse nos veines

au jugement dernier qu'on amène mon corps

parfumé de raisin de menthe et de verveine

 

 Femme aux plaisirs humains à la sève des fleurs

que ton coeur affamé jamais ne se dérobe

les chemins de l'amour sont ravinés de pleurs

si tu passes par là relève bien ta robe

 

Ne traine pas ta peine à mon enterrement

je n'y veux que sanglots de bonbonne bien pleine

où que j'aille j'irai couronné de sarments

droit comme le cyprès bon comme la romaine

 

Bon comme le festin aux dernières bouchées

bon comme le bon vin à la dernière cruche

et bon comme la nuit où je serai couché

à l'abri des embruns à l'abri des embûches

 

Le temps est une cage elle sera brisée

je prendrai mors aux dents vers l'espace immobile

et je tendrai les bras pour un nouveau baiser

au germe du raisin palpitant sur l'argile

Repost 1
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 15:09
Le temps de dire. Jacques Viallebesset

                                                                         

Le monde naît de la parole

Mais les mots sont en exil

A ramasser sur la terre fertile

A partager de main en main

Ardents à rallumer les braises

 

Seul le chant de la flûte fascine l’oiseau

Dont les trilles se font piéger sur la page

 

Je suis l’humble serviteur

De cette  parole à venir

En arpentant l’imaginaire

Je défriche vos silences

De ce coté-là de la rive

 

J’écris entre les lignes d’un horizon vide

Pour rendre saveur drue et sève à la vie

 

Entre déjà là et pas encore

C’est toujours le temps de dire

Avant la porte ultime du destin

Que l’ondée fertile des mots

Fasse reculer la mort lente

 

Si les poèmes se dissipent en fumée bleue

Qu’ils emportent ma mémoire en bagage .

Repost 1
Published by Jacques Viallebesset - dans POEMES INEDITS
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 18:58
Le pays sans visage. Jacques Viallebesset

Comme un enfant perdu je cherche un pays

Aux senteurs  de terre ambre  et de foin  froissé

Où se laisser porter par les murmures de l’eau

 

Sous ses paupières se cachent des noisettes

Dans ses halliers  les clairières sont des corolles

Le genièvre s’embrase aux flancs de ses vallons

Ses  replis ont l’odeur suave des narcisses blancs

 

La source où boire sous la mousse s’est tarie

Le froment du  bonheur  a perdu ses épis

Le chagrin ruisselle des cœurs les plus ardents

Je m’enfonce  dans le labyrinthe du vent

 

Où sont les collines où reposer ma tête

Avant de poser pied sur la margelle de la nuit

La vie  est un pays d’où la joie s’est enfuie

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans POEMES INEDITS
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 08:29
Cosmos . Jacques Viallebesset

Le magma dont je suis issu

Fait de moi un doux voyageur

De l'infini et du cosmos

Ces galaxies qui gravitent

En moi me créent et me recréent

 

Des verts volcans éteints ruissellent

Les eaux primordiales de vie

Dans un labyrinthes de sources

Les perles des mots fraient leur voie

Vers l'estuaire de la parole

 

Le chant des voyelles s'unit

Au verbe luxuriant du ciel

Des étoiles frémissent en graines

De diamant que je moissonne

Sur l'aire des désirs sans fin .

 

Extrait du recueil " Ce qui est épars"

Recours au poème éditeurs

Disponible en edition numérique sur www.recoursaupoemeediteurs.com

Edition papier  www.lenouvelathanor.com

 

Cosmos . Jacques Viallebesset
Repost 1
Published by Jacques Viallebesset - dans Ce qui est épars(inédits)
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 08:10
Anthologie Jacques Viallebesset

Fasciné par l'oeuvre terrienne et magique de Jean Giono, mais aussi par celle de René-Guy Cadou et par l'Ecole de Rochefort ( notamment Jean Follain et Luc Bérimont), Jacques Viallebesset est un veilleur de haut vol, intransigeant, lyrique tout entier engagé dans le labyrinthe incendié de Louis Aragon, de Paul Eluard et de leurs héritiers. Il est issu , pour le meilleur, de ce siècle des Lumières, qui n'en finit jamais de s'éteindre. Il reste obsédé de fraternité, toujours à la croisée d'une conscience postmoderne emblématique.

" Je rêve donc je vis/ J'espère donc je suis/ Je sens donc je dis " pourrait être la devise de ce poète au " lyrisme initiatique" ( dixit Alexis Lacroix) qui n'abandonne jamais une " vision cosmique" selon Michel Baglin .

Jacques Viallebesset prouve que le romantisme est éternel, l'Art Royal également. Ce poète marche en tout discrétion " à la rencontre du soleil levant". Son métier d'éditeur fait parler de lui mais son art poétique s'est toujours bâti dans une discrétion permanente qui explique son entrée dans notre collection" Les poètes trop effacés"

Les éditeurs

 

Vous pouvez commander sur le site www.lenouvelathanor.com et amazon.fr

Vous pouvez aussi réserver cette anthologie en adressant un chèque de 15 E + 1 E de frais de port à Le Nouvel Athanor , 70 avenue d'Ivry . 75013 Paris

Si vous souhaitez recevoir un exemplaire dédicacé, veuillez me laisser un message privé sur ma page facebook jacques viallebesset. 

Merci à vous 

Que la poésie vous garde...

JV

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans actualité
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 15:19
Le marronnier. Lionel-Edouard Martin

Pose ton front contre le coeur 

du marronnier, prête l'oreille 

au trajet de la sève, à cette 

force qui forge 

l'oiselet dans le ciel-du fer 

incandescent crissant

près du soleil-,écoute

le grand dire du bleu:

 

que tout nuage est une feuille, 

feuille aussi l'hirondelle,

jusqu'à cette étincelle

sur les traverses de l'orage, 

jusqu'à l'étoile, 

 

Tout naît de l'arbre et de sa course

à l'aplomb de la terre, 

de son cheminement sans griffes

parmi la lave et le cortex, 

sous le lichen et sous la mousse, 

sous le plumage et sous le derme, 

en telle profusion 

 

que tu ne parles de langage

que le murmure de la branche

et de l'écorce où pulse un verbe 

qui s'émerveille d'être sang. 

 

Lionel-Edouard Martin 

Poème inédit 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 08:46
L'élan d'amour. Jacques Viallebesset

Je t'attendrai la ferveur de vivre au ventre 

Ta voix claire flûtera au-dessus des  sapins

Les ruisseaux tailleront des sillons d'argent

Quelque part loin derrière les collines mauves 

La nuit sera fraîche comme une source pure 

 

Nous irons à l'aventure sous la lune 

Le champ des étoiles au-dessus de nos têtes 

Pleines de saisons au soleil écartelé

L'amour fera lumière dans nos yeux épris 

Dans la compagnie des hêtres et des bruyères 

 

L'eau chantonnera avec toi dans  les fougères 

Nous aurons une faim à manger les étoiles 

Et la force de semer au creux de nos reins 

Nous sentirons en nous sourdre le mystère 

Qui relie nos vies au rythme de l'univers 

 

Dans notre vert royaume battu de vent

Nous saurons enfin ce qui nous réunit

Nous serons sur le palier de l'éternité 

Tu viendras le front auréolé de rosée 

Le soleil boira encore l'eau de l'aurore .

 

Extrait de Dans le vert des montagnes-Sur les pas de Gaspard

A paraître 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Sur la route de Gaspard
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :