Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 07:29
Ils firent"La Commune". Jules Vallès. Eugène Pottier

Paris vient de lui dire:Adieu!

Le Paris des grandes journées,

Avec la parole de feu

Qui sort des foules spontanées.

Et cent mille hommes réveillés

Accompagnent au cimetière

Le candidat de la misère,

Le député des fusillés.

 

D'idéal n'ayant pas changé

La masse qui se retrouve une,

Fait la conduite à l'Insurgé

Aux cris de : Vive la Commune!

Les drapeaux rouges déployés

Font un triomphe populaire

Au candidat de la misère,

Au député des fusillés.

 

Car vous aimez les tâcherons

De l'idée et ceux qui la sèment,

Vous les blouses, les bourgerons,

Vous aimez les vrais qui vous aiment.

Dans votre geôle, verrouillés,

Vous receviez espoir, lumière,

Du candidat de la misère,

Du député des fusillés.

 

Votre député le voici,

Fronts ouverts par les mitrailleuses,

Fédérés hachés sans merci,

Ambulancières pétroleuses.

Voici, vaincus, foulés aux pieds,

Voici Varlin, Duval, Millière,

Le candidat de la misère,

Le député des fusillés.

 

Et vous les petits coeurs brisés,

A Vingtras formez un cortège,

Venez, vous, les martyrisés

De la famille et du collège!

Jusqu'au sang il les a fouaillés

Vos tyrans: le cuistre et le père,

Ce candidat de la misère,

Ce député des fusillés.

 

Creusant à vif, palpant à nu,

Ce robuste en littérature

S'est assis sur le convenu

Et pour calque a pris la nature.

Sanglots navrants, rires mouillés,

Il vécut tout: joie t colère,

Ce candidat de la misère,

Ce député des fusillés.

 

Malgré Bismarck et ses valets,

L'internationale existe

Et l'Allemagne offre à Vallès

Sa couronne socialiste.

A vous, bourgeois entripaillés,

A vous seuls il faisait la guerre

Le candidat de la misère

Le député des fusillés.

 

Il vient le jour de l'action,

Où la féroce bourgeoisie

Entendra, Révolution,

Crépiter un vaste incendie;

Allumé par vous dépuouillés,

Qu'il soit le bûcher funéraire

Du candidat de la misère,

Du député des fusillés.

 

Eugène Pottier, 1885.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 08:35
Viro Major(mieux qu'un homme). V.Hugo pour Louise Michel

Ayant vu le massacre immense, le combat,

Le peuple sur sa croix, Paris sur son grabat,

La pitié formidable était dans tes paroles;

Tu faisais ce que font les grandes âmes folles;

Et, lasse de lutter, de rêver, de souffrir,

Tu disais:" j'ai tué!" car tu voulais mourir.

 

Tu mentais contre toi, terrible et surhumaine.

Judith, la sombre juive, Aria, la Romaine,

Eussent battu des mains pendant que tu parlais.

Tu disais aux greniers: "j'ai brulé les palais!"

Tu glorifiais ceux qu'on écrase et qu'on foule.

Tu criais:"J'ai tué!Qu'on me tue!"-Et la foule

Ecoutait cette femme altière s'accuser.

Tu semblais envoyer au sépulcre un baiser;

Ton oeil fixe pesait sur les juges livides,

Et tu songeais, pareille aux graves Euménides,

La pâle mort était debout derrière toi.

 

Toute la vaste salle était pleine d'effroi,

Car le peuple saignant hait la guerre civile.

Dehors on entendait la rumeur de la ville.

Cette femme écoutait la vie aux bruits confus,

D'en haut, dans l'attitude austère du refus.

Elle n'avait pas l'air de comprendre autre chose

Qu'un pilori dressé pour une apothéose;

Et, trouvant l'affont noble et le supplice beau,

Sinistre, elle hâtait le pas vers le tombeau.

Les juges murmuraient:"qu'elle meure!C'est juste.

Elle est infâme! -A moins qu'elle ne soit auguste",

Disait leur conscience. Et les juges, pensifs,

Devant oui, devant non, comme entre deux récifs,

Hésitaient, regardant la sévère coupable.

Et ceux qui, comme moi, te savent ncapable

De tout ce qui n'est pas héroisme et vertu,

Qui savent que si l'on te disait:"D'où viens-tu?"

Tu répondais: "Je viens de la nuit où l'on souffre;

Oui, je sors du devoir dont vous faites un gouffre!"

Ceux qui savent tes vers mystérieux et doux,

Tes jours, tes nuits, tes soins, tes pleurs, donnés à tous,

Ton oubli de toi-même à secourir les autres,

Ta parole semblable aux flammes des apôtres;

Ceux qui savent le toit sans feu, sans air, sans pain,

Le lit de sangle avec la table de sapin,

Ta bonté, ta fierté de femme populaire,

L'âpre attendrissement qui dort sous ta colère,

Ton long regard de haine à tous les inhumains,

Et les pieds des enfants réchauffés dans tes mains;

 

Ceux-là, femme, devant ta majesté farouche,

Méditaient , et , malgré l'amer pli de ta bouche,

Malgré le maudisseur qui, s'acharnant sur toi,

Te jetait tous les cris indignés de la loi,

Malgré ta voix fatale et haute qui t'accuse,

Voyaient resplendir l'ange à travers la méduse.

 

Tu fus haute et semblas étrange en ces débats;

Car, chétifs comme sont les vivants d'ici-bas,

Rien ne les trouble plus que deux âmes mêlées,

Que le divin chaos des choses étoilées

Aperçu tout au fond d'un grand coeur inclément,

Et qu'un rayonnement vu dans un flamboiement.

 

VICTOR HUGO

 

Illustration de Eloi Vallat

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 07:00
Ils firent "la Commune". Louise Michel.Paul Verlaine

Ballade en l'honneur de Louise Michel

 

Madame et Pauline Roland

Charlotte, Théroigne, Lucile,

Presque Jeanne d'Arc, étoilant

Le front de la foule imbécile,

Nom des cieux, coeur divin qu'exile:

Cette espèce de moins que rien

France bourgeoise au dos facile

Louise Michel est très bien.

 

Elle aime le Pauvre âpre et franc

Ou timide, elle est la faucille

Dans le blé mûr pour le pain blanc

Du pauvre, et la sainte Cécile,

Et la Muse rauque et gracile

Du Pauvre et son ange gardien

A ce simple; à cet imbécile

Louise Michel est très bien.

 

Gouvernements et mal talent,

Mégathérium ou bacille,

Soldat brut, robin insolent,

Ou quelque compromis fragile.

Tout cela son courroux chrétien

L'écrase d'un mépris agile.

Louise Michel est très bien.

 

Envoi

 

Citoyenne! Votre évangile

On meurt pour!C'est l'Honneur! Et bien

Loin des Taxil et des Bazile

Louise Michel est très bien.

 

Paul Verlaine

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 07:47

CORRIDA DE MUERTE

 

Les hauts barons blasonnés d'or,

Les duchesses de similor,

Les viveuses toutes hagardes,

Les crevés aux faces blafardes

Vont s'égayer. Ah!oui, vraiment

Jacques Bonhomme est bon enfant.

 

C'est du sang vermeil qu'ils vont voir,

Jadis, comme un rouge abattoir,

Paris ne fut pour eux qu'un drame

Et ce souvenir les affame;

Ils en ont soif. Ah!oui, vraiment

Jacques Bonhomme est bon enfant.

 

Peut-être qu'ils visent plus haut:

Après le cirque, l'échafaud;

La morgue corsera la fête.

Aujourd'hui seulement la bête,

Et demain l'homme. Ah!oui, vraiment

Jacques Bonhomme est bon enfant.

 

Les repus ont le rouge aux yeux.

Et cela fait songer les gueux,

Les gueux expirant de misère.

Tant mieux! Aux fainéants, la guerre!

Ils ne diront plus si longtemps:

Jacques Bonhomme est bon enfant.

 

Louise Michel

 

Illustration d'Eloi Vallat.

Journal de la Commune

Editions Bleu Autour

 

.Ils firent "La Commune".Chanson de cirque.Louise Michel
Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 06:21

Je suis le lion mourant, superbe et solitaire,

Que la chasse poursuit jusque sur son rocher;

Je suis le lis brisé, out couvert de poussière

Par l'orage et les vents, et que d'un pied vulgaire

Foulent la chèvre errante et l'ignoranrt berger.

 

Je suis l'aigle hardi, qui voit crouler son aire

Dans l'horrible tourmente et qui d'un plus haut lieu

Que celui des éclairs écoute le tonnerre;

Exilé de trop haut pour jeter à la terre

De ces pleurs indognés que dessèche le feu.

 

Merci car vous m'avez fait horreur de la terre

J'ai trouvé pour vous fuir la route de l'azur.

Peu m'importent vos bruits, votre folle colère

Je vois,bien loin de vous, une halange entière

De fiers réformateurs, au front superbe et pur.

 

Leur rêve est le mien même; il est grand et sublime

Je vais à travers tout! Leurs coeurs sont généreux

Et les votres sont froids; je m'en vais à la cime

Autour de vous toujours tout est nuit et crime

Je m'en vais pour combattre et mourir avec eux.

 

Louise Michel, 1862

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 05:30

La Franc-maçonnerie à l'Hotel de Ville

 

Hier, la Ville de Paris présentait une animation à laquelle on n'était plus accoutumé depuis longtemps; on savait que les francs-maçons devaient essayer leur dernière démarche pacifique en allant planter leurs bannières sur les remparts de Paris, et que, s'ils échouaient, la franc-maçonnerie toute entière devait prendre parti contre Versailles.Lecitoyen Félix Pyat, membre de la Commune de Paris, prononce d'une voix forte et émue les^paroles suivantes: " Frères citoyens de la grande patrie, de la patrie universelle, fidèles à nos principes communs: Liberté, Egalité, Fraternité, et plus logique que laLigue des droits de Paris, vous, francs-maçons, vous faîtes suivre vos paroles de vos actions. Aujourd'hui les mots sont peu, les actes sont tout. Aussi, après avoir affiché votre manifeste,- le manifeste du coeur, - sur les murailles de Paris, vous allez maintenant planter votre drapeau d'humanité sur les remparts de notre ville assiégée et bombardée. Vous allez protester ainsi contre les balles homicides et les boulets fratricides, au nom du droit et de la paix universelle. Aux hommes de Versailles , vous allez tendre une main désarmée, mais pour un moment!- et nous, les mandataires du peuple et les défenseurs de ses droits,nous les élus du vote, nous voulons nous joindre tous à vous, les élus de l'épreuve, dans cet acte fraternel.

La musique du bataillon joue "La Marseillaise". Le citoyen Léo Meillet: "Vous venez d'entendre la seule musique que nous puissions écouter jusqu'à la paix définitive. Voici le drapeau rouge que la Commune de Paris offre aux députations maçonniques. Ce drapeau doit accompagner vos bannières pacifiques : c'est le drapeau de la paix universelle, le drapeau de nos droits fédératifs, devant lequel nous devons tous nous grouper, afin d'éviter qu'à l'avenir une main, quelque puissante qu'elle soit, ne nous jette les uns sur les autres autrement que pour nous embrasser. C'est le drapeau de la Commune de Paris, que la Commune va confier aux francs-maçons. Il sera placé au-devant de vos bannières et devant les balles homicides de Versailles. Le citoyen Térifocq prend le drapeau rouge des mains du citoyen Léo Meillet et adresse ses paroles à l'assemblée:"Citoyens, Frères, Je suis du nombre de ceux qui ont pris l'initiative d'aller planter l'étendard de la paix sur nos remparts, et j'ai le bonheur de voir à leur tête la bannière blanche de la loge de Vincennes, sur laquelle sont inscrits ces mots: Aimons-nous les uns les autres!Maintenant, citoyens, frères, plus de paroles, à l'action! "

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 14:47

22 Janvier 1905 :

                        Un défilé ininterrompu duquel émergent drapeaux rouges et drapeaux noirs se dirige à travers les rues de Paris vers le cimetière de Levallois , suivant le corbillard de 5° classe où se trouve le cercueil de Louise Michel , recouvert de couronnes mortuaires . Un incident venait de se produire : Le Vénérable Maître  de la Loge maçonnique  « La Philosophie sociale » à l’Orient  de Paris (Grande Loge Symbolique Ecossaise Mixte) avait voulu épingler sur le drap un ruban bleu orné portant un delta doré . Des protestations s’étaient élevées : « Pas de récupération » disait-on « Louise Michel appartient à tout le monde !» Alors , il était allé déposer l’insigne Maçonnique au milieu des fleurs écarlates .

 Le cortège continue sa route , formé des délégations , partis ouvriers , socialistes , loges Maçonniques , instituteurs , groupes antimilitaristes , anarchistes , syndicalistes , anciens communards , Libres penseurs . Parfois , un chant s’élève , « La Carmagnole » ou « L’Internationale » , des exclamations fusent « Vive la Révolution » , « Vive l’Anarchie » ou « A bas la calotte ! »

On dit que le Préfet Lépine , dissimulé dans un fiacre , surveille la manifestation , prêt à donner des ordres de dispersion , s’il le fallait .

Dans la foule , on reconnaît Edouard Vaillant , Marcel Sembat , Aristide Briand , on sait que l’éloge funèbre sera prononcé par la journaliste Séverine (ex-secrétaire de Jules Vallès).

 Qui est donc cette femme , si respectée , si populaire ?

 Parce qu’elle est née en 1830 (année de l’insurrection contre Charles X) et morte en 1905 (année de la séparation des églises et de l’état) sa vie couvre les 2/3 du 19° siècle et donne une image précise de l’histoire de cette époque , de ses luttes pour l’émancipation sociale .

De plus , il est intéressant de découvrir dans la complexité de son itinéraire très personnel , quelles ont été les rencontres qui l’on conduite sue la fin de sa vie , à demander la Lumière .

L’ambigüité a pesé sur sa naissance :elle est bâtarde d’une servante et d’un châtelain , le père ou le fils , nul ne sait.Ceux qu’elle appelle ses grands parents l’élèvent , conservant à sa mère le statut de domestique .

L’éducation qu’elle reçoit est libérale , voltairienne , sa culture empreinte de l’esprit de Rousseau et des encyclopédistes , à laquelle s’ajoute une exaltation de « la vertu » au sens jacobin du terme .

Penchée sur les humbles , soucieuse de la peine de chacun , gens et bêtes ,  elle grandit dans la conscience de l’injustice , s’apercevant que la charité ne règle rien .

A 20 ans, son objectif est clair: sous ce second empire qu'elle déteste, elle se veut républicaine et sera institutrice. 

Mais elle refuse de prêter le serment des fonctionnaires à Napoléon III et très vite , ouvre dans le département de Haute-Marne une école privée laïque .

Elle est passionnée par son métier , inventant des méthodes modernes , ayant un sens aigu de la relation d’éveil intellectuel et de l’outil émancipateur que pouvait être l’Ecole .

Quelques années plus tard , elle quittera sa province pour Paris .

Elle se mêlera ainsi  à l’effervescence intellectuelle des cercles républicains , côtoyant ainsi de jeunes socialistes et blanquistes , les FrèresRaoul Rigaut , Jules Vallès , Emile Eudes .

Elle côtoie également les premières féministes de la « Société pour la revendication des Droits des  femmes »  (Mme Jules Simon , Noémie Reclus , Andrée Léo , Paule Minck et la future S° Maria Deraismes .

Elle devient peu après secrétaire de la « Société de moralisation des femmes » crée pour procurer aux femmes seules un emploi leur permettant d’échapper à la prostitution .

La jeune femme s’affirme , fréquente les Frères  Rochefort , Auguste Blanqui , Benoît Malon .

Institutrice puis directrice d’école à Montmartre dont le jeune maire est Clémenceau , son rêve était d’être poète , comme Victor Hugo avec qui elle a longtemps correspondu , et elle n’a jamais cessé tout au long de sa vie , sa production d’écriture , articles de journaux , poèmes , pièces de théâtre , romans , essais , pamphlets , ses souvenirs .

Grande femme brune , toujours vêtue de noir , elle aimait sa mère d’un amour fou et ambivalent , et puis elle aimait …..ses chats…. 

Ses axes de vie  étaient

APPRENDRE TOUJOURS ET PARTAGER SON SAVOIR

SOULAGER LA MISERE ET POUR CELA , PRÊCHER LA REVOLUTION

Si son virage révolutionnaire date des années de déclin du second empire où elle fréquente les clubs blanquistes , La Commune de Paris fut pour elle un tournant politique capital . Elle s’engage complètement dans le combat pour une République Démocratique et Sociale , préside la Société de vigilance du 18¨arrondissemnt , anime un club où est libre la parole des femmes , envoie à la commission de l’enseignement présidée par Edouard Vaillant un projet de méthode pédagogique , réclame l’ouverture de formations professionnelles féminines et la laïcisation des écoles , propose la scolarisation des déficients intellectuels .

Elle fait l’ambulancière , organise la solidarité , monte sur les barricades .

C’est dans cette action qu’elle vit avec Théophile Ferré un compagnonnage qui prendra fin avec l’exécution de celui-ci .

Pendant la semaine sanglante , alors qu’elle veut aller voir sa mère après la chute de la barricade de Clignancourt et découvrant que celle-ci a été arrêtée , elle se livre à la police en échange de sa liberté .

Détenue à Satory puis à la prison des chantiers à Versailles , elle brave le conseil de guerre pendant son procès :

« Je ne veux pas me défendre , je ne veux pas être défendue , dit-elle . J’appartiens à la Révolution sociale et je déclare accepter la responsabilité de mes actes ….Puisqu’il semble que tout cœur qui bat n’a droit qu’à un peu de plomb , j’en réclame ma part . …..Si vous me laissez libre , je ne cesserai de crier vengeance . »

Elle est condamnée à la prison perpétuelle dans une enceinte fortifiée . Elle a 41 ans .

Elle passera 2 ans à Auberives (Haute-Marne) puis est embarquée vers la Nouvelle-Calédonie où elle restera 7 ans , surmontant mieux que d’autres sa condition de déportée par la richesse de sa personnalité et par la force de son caractère .

Républicaine définitivement déçue , elle parfait son analyse de l’échec de la Commune , et , avec les autres déportés anarchistes , souvent F°M° (Jourde , Allemane , Ballière , Malato) son approche de la pensée libertaire .

Elle entre aussi en contact avec les kabyles déportés après leur révolte en Algérie et avec les canaques , les aimant sans paternalisme ,ni condescendance mais avec respect et fraternité , traduisant leurs légendes , soutenant leur cause , ayant la conviction que la qualité de la personne n’a rien à voir avec sa différence .

Bénéficiant de l’amnistie générale de 1880 , Louise quitte la Nouvelle-Calédonie et rentre en France , accueillie par Rochefort et Jules Vallès . Elle 50 ans .

Convaincue que l’Anarchie est la seule voie possible pour amener l’âge d’or et l’harmonie universelle , elle va consacrer les 25 dernières années de sa vie à des tournées de conférences , et devient la femme la plus surveillée par les services de police .

 De 1880 à 1890 , pendant les 10 années suivant son retour de déportation et son arrivée triomphale , elles est de tous les combats et devient le leader charismatique des foules ouvrières , idoles des déshérités de toute espèce , criant vengeance pour toutes les femmes humiliées , pour tous les ouvriers exploités , pour le peuples colonisés .

Elle donne des centaines de conférences à Paris et en province sur les thèmes suivants :

-     L’Anarchie par l’abstention au suffrage universel et le refus de payer impôts et loyers

-     la grève générale et la prise de possession des lieux et outils de production

-     le refus du service militaire

-     l’internationalisme

-     la lutte contre la prostitution

-     le combat des femmes pour leur émancipation .

 

La prostitution a ,  à cette époque , 2 voies parallèles :

-     la prostitution officielle en maisons closes ,  médicalement et policièrement contrôlée et

-     la prostitution occasionnelle des ouvrières , liées aux trop maigres salaires , aux grèves non rétribuées , au célibat , au veuvage , au droit de cuissage , à tout ce qui fait la misère ouvrière .

Sensible à ce problème , le gouvernement révolutionnaire de la Commune de Paris , dès Mai 1871 , avait fermé 19 maisons de tolérance et avait supprimé le bureau des mœurs au nom de la liberté de la femme.

Mais la parenthèse communarde refermée , l’état revient à la case départ .

Plusieurs fois détenue à « La petite Roquette » ou à « St Lazare » , les prisons de femmes , Louise les connaît bien , les prostituées , elle leur parle , les questionne , les soutient ,      se dit « leur grande sœur » .

« Il y a entre les propriétaires des maisons de prostitution échange de femmes , comme il y a échange de chevaux ou de bœufs entre agriculteurs …..Quand les michets trouvent une femelle trop surmenée ou qu’ils en sont las , le propriétaire s’arrange pour que la fille doive à la maison une somme dont elle ne pourra jamais s’acquitter ; cela la rend esclave , alors , on la troque dans tous les maquignonnages possibles . »

 Louise sait que la prostitution n’est qu’une facette de l’appropriation du corps des femmes par les hommes .

« Est-ce qu’il n’y a pas des marchés où l’on vend , dans la rue , aux étalages des trottoirs , de belles filles du peuple , tandis que les filles des riches sont vendues pour leur dot ? L’une , la prend qui veut ! L’autre , on la donne à qui on veut ……La femme elle-même doit être l’artisan de son émancipation . »

La relation de Louise Michel à la cause des femmes s’ordonne autour de 3 points :

-     la lutte pour l’acquisition des droits civils

-     le refus d’engagement pour ses droits civiques

-     le souhait de ne pas en faire une classe spécifique

 En vigueur depuis 1804 , le Code Napoléon a institué l’incapacité juridique de la femme , considérée comme mineure , et se trouvant entièrement sous la tutelle de ses parents puis de son mari (le mari doit protection à sa femme , et sa femme obéissance au mari !...) Elle ne peut accomplir d’acte juridique ou exercer une profession sans l’autorisation de son mari et n’a aucun droit d’administration des biens communs .

Louise dénonce la différence de condition entre les 2 sexes et de ce fait , des fléaux sociaux qui en découlent .

« Aujourd’hui que tombent les rois et les dieux , la tyrannie de l’homme sur la femme doit disparaître avec le reste . »

 En ce qui concerne les droits civiques , alors que le suffrage universel , institué depuis 1848 ne considère que le suffrage masculin et que les femmes n’ont aucun droit civique et ne peuvent voter , la sensibilité anarchiste de Louise qui réfute le suffrage universel lui-même la met en conflit avec les féministes réformistes

« Que feraient les femmes de droits poitiques dont les hommes ne jouissent pas et qui sont morts…..Peut on encore parler de suffrage universel sans rire ? Tous , sont obligés de reconnaître que c’est une mauvaise arme , que du reste le pouvoir en tient le manche ce qui ne laisse guère aux bons électeurs que le choix des moyens pour être tondus ou endormis … »

 Enfin elle souhaitait que les femmes ne soient pas une classe à part , devant déboucher sur une lutte spécifique et cela la met aussi en conflit avec les féministes pures et dures

« Pourquoi la femme chercherait elle à établir une dualité des sexes , alors que  mâles et femelles ont tant besoin de s’unir , de s’entendre , de s’aimer … »

 

  De réunions en conférences publiques elle insiste sur la nécessité de donner aux femmes  une éducation qui les mette en mesure de gagner leur vie car le travail seul pourra fonder leur liberté .

« Le moment est venu de prendre notre place dans la société …..nous voulons le mariage libre , où l’homme ne sera plus le propriétaire de la femme ….nous voulons l’instruction égale ! 

« Nous voulons apprendre aux femmes quels sont leurs droits et leurs devoirs . Nous voulons que l’homme ne regarde sa compagne non comme une esclave mais comme une égale ! »

 

Louise Michel soutenait toutes les forces de changement .

On trouve dans sa garde rapprochée Léonie Rouzade , cofondatrice de « l’Union des femmes » , groupe féministe socialiste .

Elle est en contact avec Madame Vincent , qui fonda « la ligue de l’affranchissement des femmes » , et même des féministes bourgeoises comme Marguerite Durand ou la Duchesse d’Uzès . Elle milite avec Maria Pognon (une S° du DH) qui est présidente de la « Ligue française pour le droit des femmes »

La Soeur  Nelly Roussel  voit en elle  « un apôtre du féminisme »          

Elle se rendait célèbre par des discours imprécateurs :

-     l’éloge funèbre de Blanqui en janvier 1881 :

« Blanqui , ta mort est une apothéose …Sur ta tombe , faisons le serment de continuer le combat ! »

-     en 1882 à Versailles , ville réactionnaire , capitale de la répression de la Commune , sa présence est ainsi affichée :

« Grand meeting , organisé par la jeunesse anarchiste , avec le concours de Louise Michel , le dimanche 24 Septembre

Ordre du jour : La révolution sociale

Et elle y dit « malgré les 34 000 morts , malgré les persécutions et les déportations , la révolution est revenue et écrasera ses ennemis de sa marche , comme la locomotive broie les obstacles qui lui sont opposés . »

-     la manifestation du pain en 1883 qui lui vaudra une arrestation , un procès grandguignolesque et une condamnation à 6 ans de réclusion .

-     le discours du théâtre du Château d’eau en 1886 avec Jules Guesdes , Susini et le Frère Lafargue

« Sous la république que nous subissons , nous ne voyons que des infamies . Nous ne voulions pas des expéditions du Tonkin et de la Tunisie . Les finances passent à des crimes . Nous sommes dans un coupe-gorge , il faut se débarrasser des assassins. »

(ils sont condamnés tous 3 à 4 mois de prison )

-     les rassemblements de Saint Etienne et Vienne , pour préparer la grande manifestation du 1° Mai 1890 . Elle est à nouveau arrêtée et incarcérée .

Elle a 60 ans . Lorsqu’elle est libérée , elle décide de s’installer à Londres , dont la tradition libérale a fait le haut lieu des exilés anarchistes d’Europe .Avec sa compagne , Charlotte Vauvelle , elle y restera 5 ans .Là , elle donne des conférences en français , ouvre pendant quelques mois une école internationale pour les enfants de réfugiés politiques .

Elle est présente à toutes les réunions publiques , fréquente les exilés anarchistes , allemands , russes (Krotopkine) espagnols , italiens (Malatesta) retrouve Henri Rochefort et surtout écrit l’HISTOIRE DE LA COMMUNE .

C’est pendant qu’elle est à Londres que sévit en France la vague d’attentats anarchistes qui engendre la condamnation à mort et l’exécution de leurs auteurs mais aussi des lois qui limitent la liberté de la presse et interdisent la propagande anarchiste .

Cependant  , même si elle est essentiellement anarchiste et malgré sa violence verbale , Louise condamne de façon très ferme les attentats meurtriers , prenant ses distances avec les défenseurs de la violence terroriste  et de l’individualisme .

Convaincue de revenir en France par le Frère Sébastien Faure , chef de file des anarchistes , elle rentre en 1895 et répond à toutes les sollicitations pour marteler le message de la révolution égalitaire dans des milliers de pages , dans des centaines de meetings .

Elle fonde avec lui le journal « Le Libertaire » et continue d’aller prêcher la parole révolutionnaire dans les départements du Nord , en Hollande , puis en Belgique d’où elle est expulsée .Elle choisit alors de résider définitivement à Londres , ne revenant en France que pour ses tournées de conférences .1903 et 1904 la voient surtout dans le midi de la France .Elle effectue un voyage en Algérie .

Vieille dame usée de 74 ans , c’est à Marseille qu’elle meurt d’épuisement et des suites d’une grave pneumonie .

Quelques mois auparavant , le 13 Septembre 1904 , l’atelier « LA PHILOSOPHIE SOCIALE » de la Grande Loge Symbolique Ecossaise et Mixte n°2 à l’Orient de Paris l’avait initiée .

C’est la Sœur  Madeleine pelletier qui l’avait présentée et Louise eut la joie de retrouver là le Frère  Charles Malato , écrivain , journaliste et militant libertaire , qu’elle avait connu en déportation et retrouvé à Londres .

Parmi les Soeursde la GLSEM n°2 , la plupart des femmes , journalistes , enseignantes , médecins , marquaient leur époque par un très fort engagement politique et appartenaient aux mouvements socialistes de l’époque , abordant par la parole et par l’écrit les questions jusque là tabous : mariage et amour libre , procréation et liberté sexuelle , …et…l’admission des femmes dans les loges maçonniques .

Au lendemain de son initiation , lors du Convent organisé par la loge « Diderot » , elle s’exprima ainsi :

« Il y a bien longtemps que j’aurais été des vôtres si j’eusse connu l’existence de loges mixtes .

…..Devant le grand idéal de Liberté et de Justice , il n’y a point de différence d’hommes et de femmes .A chacun son œuvre …..Le duel des sexes serait ridicule et odieux ….. Il n’y a pas de femme contre l’homme , il y a l’HUMANITE. »

Ainsi vécut Louise Michel

Personnage à la limite de l’histoire et de la légende , elle a été , elle est , un extraordinaire exemple .

Eternelle insurgée , rebelle , révolutionnaire , elle refusât d’accepter comme inévitables la misère et les souffrances qui proviennent de l’inégalité et de l’injustice .

Elle rêvait : Liberté de conscience , Egalité par l’harmonie universelle , Frat° entre les hommes et les femmes , et une société meilleure , dans laquelle l’ignorance et l’illétrisme n’existeraient plus .

 Elle s’inscrit dans la lutte émancipatrice jusqu’à son dernier souffle , dans une perméabilité complète du discours et de l’action , et elle doit son prestige à son désir d’absolu , son intérêt à la diversité de sa richesse humaine et même à ses contradictions . C’est pour cela qu’elle représente à jamais

            L’image de L’ENGAGEMENT ET DE LA MODERNITE

            L’image de L’AMOUR DE L’HUMANITE

            L’image de LA FRATERNITE ;

 Avant de terminer ce travail , je voudrais évoquer ce que l’on ignore souvent , car c’est de la politique (« la vierge rouge » « la pétroleuse » « la Velleda de l’anarchie ») et de l’Humaniste dont on se souvient (« la bonne Louise » « la bonne sœur laïque »)

C’était aussi une femme enjouée , aimant plaisanter , extrêmement cultivée , curieuse de tout ce qui était scientifique , sachant jouer du piano , douée pour le dessin , s’enthousiasmant pour les progrès de la technique .

Elle est partie en Nouvelle Calédonie –déportée de la Commune- mais avec une accréditation de la Société Nationale de Géographie pour étudier sur place la faune et la flore .Elle a fait une conférence en présence de Jean Moréas et Emile Verhaeren sur « Les différentes écoles littéraires , classique , romantique , naturaliste et décadente. »

 Si ses romans assez misérabilistes (la Misère , le Claque-dents , l’Ere Nouvelle )et ses poèmes quelquefois apocalyptiques sont difficilement lisibles et marqués par l’époque , ses « Mémoires » et l’ »Histoire de la Commune et Souvenirs » sont des témoignages dignes d’intérêt et ses Contes pour enfants sont jubilatoires . A une époque où triomphait la Bibliothèque Rose et la Comtesse de Ségur , apprenant aux petits que les bienfaits de la Vertu ne s’acquièrent que dans la religion et en suivant l’exemple de nos valeureux ancêtres , les histoires de Louise Michel , certes très noires , disent que le passé est un temps révolu , qu’il n’y a rien à attendre des puissants , mais que c’est avec les humbles , les rejetés , les humiliés qu’ils devront préparer l’avenir , dans la générosité pour rendre les autres meilleurs et faire qu’adviennent des temps nouveaux .

Une dernière citation :

                                   « Rudes , seront les étapes ,

                                   Elles ne seront point éternelles .

                                   Ce qui est éternel c’est le Progrès

                                   Mettant sur l’horizon un idéal nouveau

                                   Quand a été atteint celui qui ,

                                   La veille , semblait Utopie . »

                                                                                  Louise Michel

                                                                                                         

Nicole Foussat

Conférence

9 Mai 2011

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 17:26

Quand nous chanterons le temps des cerises

Et gai rossignol et merle moqueur

Seront tous en fête ...

Les belles auront la folie en tête

Et les amoureux du soleil au coeur

Quand nous chanterons le temps des cerises

Sifflera bien mieux le merle moqueur

 

Mais il est bien court le temps des cerises

Où l'on s'en va deux cueillir en rêvant

Des pendants d'oreille...

Cerises d'amour aux robes pareilles

Tombant sur la feuille en gouttes de sang

Mais il est bien court le temps des cerises

Pendants de corail qu'on cueille en rêvant

 

Quand vous en serez au temps des cerises

Si vous avez peur des chagrins d'amour

Evitez les belles...

Moi qui ne crains pas les peines cruelles

Je ne vivrai point sans souffrir un jour

Quand vous en serez au temps des cerises

Vous aurez aussi vos peines d'amour

 

J'aimerai toujours le temps des cerises

C'est de ce temps-là que je garde au coeur

Une plaie ouverte...

Et Dame Fortune, en m'étant offerte

Ne calmer ma douleur

 

J'aimerai toujours le temps des cerises

Et le souvenir que je garde au coeur

 

Jean-baptiste Clément. 1866

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Louise Michel et la Commune
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :