Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:05

Vers la mer dans les blés

Je voudrais t'emporter

A cheval ou à pied

Mais souffle contre souffle

Ne disant que des mots

Qui nous feraient trembler

Ne glissant qu'un baiser

Humble et insaisissable

Entre nous et le sable

Ma peur et ta pudeur

Notre timidité

Et nous irions obscur

Dans la vie solitaire

Nous ebrasser debout

Derrière lesportes de la nuit

Laisse en moi cet enfant qui n'en croit pas les yeux

Quand tu les plonges au fond de mon coeur éternel

Laisse toujours danser dans ton sourire

Cette si jeune fille

Qui veut que nous soyons

Toujours

Des enfants qui s'aiment .

 

Philippe Léotard

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 08:23

Sans feu ni lieu

Ils errent depuis tant de siècles

Que leurs membres

Ne peuvent même plus ramer le soleil

 

Parfois ils consentent à se souvenir

Du visage d'une femme

Brûlant au coeur de l'orage :

La foudre est sa destinée.

 

Légataires des fleurs et des oiseaux 

L'amour mène l'aventure

Dans leur poitrine sourde,

Leurs mains sont promues à des odyssées exaltantes.

 

Oeuvre poétique . Editions de La Différence

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 09:57

Le ciel entrouvre la forêt

pour éveiller la source qui dort

avec de la terre au coin des lèvres

dans un silence d'écorce et d'été.

 

Tu poses ta bouche sur elle

et la source garde la marque d'un baiser

qu'elle portera jusqu'à la mer,

là où le soleil organise son plus grand bal.

 

Tu te laisses toucher par le ciel

qui n'a jamais été si près d'un visage de femme,

si près de cette tendresse dont le jour a besoin

pour briller plus sourdement au-dessus des fronts.

 

Et le soir lorsqu'il se couchera,

je saurai que les derniers reflets

dont il fait fondre l'espace

viennent tout droits de tes yeux.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 08:48

Sortilèges, calligrammes du vent

 

Revenir de l'enfance mal léchée

que taquinent les carreaux de chocolat

dans le garde-manger

 

Basculer sous l'échelle de verre

du rendez-vous d'avant-hier aux lèvres humides.

 

Garder l'empreinte de la limaille

en marge de l'agenda bleuté du savant.

 

De bord à bord, en herbes d'Aladin, joindre

les pensées digitales.

 

Dessiner dans les draps ouverts

la bienvenue du pays d'encastre.

 

Chanter en bulles de savon

le fameux air du point de fuite.

 

Rire toujours

parmi les fenêtres.

 

Nous vivons de ces creux, de ces passages, de tous

ces gestesentendus

au toucher du bref univers,

réclamant, à tort et à travers le jour,

de ne pas savoir où nousallons

pour que tous les chemins amoureux nous y mènent.

 

Amis, notre monde est le vôtre

quand il penche et s'étonne:

 

sortilèges, calligrammes du vent.

 

 

Extrait de " Il y a de l'innocence dans l'air" L'arbre à paroles 2014.

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 07:49

Je t'offrirai la terre, comme ça, follement

Sans raison apparente, tout simplement pour toi

Je t'offrirai les prés, les bosquets et les bois

Pour que tout t'appartienne je t'offrirai les champs

 

Et je t'offrirai l'eau d'où l'on tire la vie,

Les mers, les lacs, les sources et même l'océan;

Je t'offrirai la neige tant mon amour est grand

Pour ne rien oublier je t'offrirai la pluie

 

Je t'offrirai de l'air d'une douceur exquise

Mais aussi la tempête, le cyclone, l'ouragan;

Je t'offrirai les nuages emportés par le vent

Et pour te caresser je t'offrirai la brise

 

Je t'offrirai le feu qui dévore mon âme

Et consume ma vie quand je suis loin de toi

Et pour ne pas risquer que tu attrapes froid

Je t'offrirai la braise, je t'offrirai la flamme

 

Je t'offrirai le monde pour un jour de bonheur

Les plus grands horizons et toute la nature

Les étoiles du ciel pour unique parure

Et pour te réchauffer je t'offrirai mon coeur

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 13:57

Lumière! Oh!où est la lumière? Eveille-la au feu brûlant du désir!

La lampe est ici, sans qu'aucune flamme y tremble jamais! est-ce ton destin, mon coeur! Ah!pour toi la mort serait bien préférable!

Misère frappe à ta porte, son message est que ton maître veille et t'appelle au rendez-vous d'amour à travers l'obscurité de la nuit.Le ciel est chargé de nuages et la pluie ne cesse pas.

Je ne sais ce qui s'agite en moi-je ne sais ce que celà veut dire.

La lueur soudaine d'un éclair me rejette plus profondément dans l'ombre, et mon coeur cherche à tâtons le sentier où m'appelle la musique nocturne.

Lumière, oh! où est la lumière!Eveille-la au feu brûlant du désir! Il tonne et le vent s'élance en hurlant à travers l'espace.La nuit est d'un noir d'ébène. Ne laise pas les heures s'écouler dans les ténèbres. allume la lampe d'amour avec ta vie.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 09:14

La vie je la perdais à la gagner

En d'autres temps, quand je croyais encore

En ma poche, en la chambre et le repas.

 

J'ai perdu pour Vénus mon temps, ma tête

En d'autres temps-mais d'elle j'achetai

Définitif amour de la distance

 

Parcouru terre et mer, passai les monts

Comme ceux-là qui vont chercher fortune

Souffris assez le long des longues routes-

 

Mais j'arrivai et j'eus enfin la lune

La fourche des chemins, des nuages nouveaux, un sillage

D'hirondelle et ces couchers de soleil-là

 

D'une dernière perle de famille

Fis une bague et la donnai à une

Mienne aimée qui ne fut jamais mienne et s'en alla.

 

Je possède, -coquille par coquille

Acquis, -un grand trésor de poésie

Sache-le toi quiconque, - et te le donne.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 14:44

Je vous appelle, beaux copains de l'amertume,

Qui trainez sur le port des corps émerveillés,

Et vous, ma reine, brune amie des grands voiliers

Qui vous parlent d'amour dans les longs crépuscules.

 

Audisio, africain, et jeanne près de toi,

Chère fraternité méditerranéenne,

Sur la terrasse, où tous nos soleils se rejoignent,

Nous nous retrouverons une dernière fois,

 

Venez. L'éternité monte dans le silence

Et l'ombre qui nous prend épuise sa douceur

Ah! ne sentez-vous pas, vivantes, les présences

D'innombrables absents qui nous touchent le coeur?

 

Les vergues arrêtées dans la nuit maritime

Où les étoiles sont la route de demain,

Emeuvent à la mort, sur la porte voisine,

Des femmes appuyées à d'inquiétants destins.

 

Et c'est ce moment-là que choisit pour sa plainte,

Lointain, sur l'autre rive, un accordéon nu

Qui ramasse l'amour de ces femmes atteintes

Et nous porte celui d'un ami inconnu.

 

La détresse muette et l'espoir se mélangent;

Un crime passionnel fleurit sur les pavés.

La barque sans fanal, portant le mauvais ange,

Accoste au coin du port, après minuit passé.

 

Il descend sur le quai et glisse sous les bâches;

Les navires ancrés tremblent de son désir;

Des feux intermittents s'allument et se cachent

Aux masques des maisons de nos anciens plaisirs.

 

Venez, c'est l'heure amère. Au dedans de nous-mêmes

Se lèvent sans un mot de déchirants aveux;

Venez, c'est l'heure seule et terrible où l'on aime

La bouche faible qui vous ferme les deux yeux.

 

Louis Brauquier

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 09:07

Agé de cent mille ans, j'aurais encore la force

De t'attendre, ô demain pressenti par l'espoir

Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,

Peut gémir : le matin est neud, neuf est le soir.

 

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,

Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,

Nous parlons à voix basse et nous tendons l'oreille

A maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu .

 

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore

De la splendeur du jour et de tous ses présents.

Si nous ne dormons pas c'est pour guetter l'aurore 

Qui prouvera qu'enfin nous vivons au présent .   

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 08:57

Qui peut en son esprit comprendre entièrement,

Cette variété de tant, et tant de choses,

Au sein de la nature estroitement encloses,

Et cognoistre leur force et vertu pleinement:

 

Qui peut nombrer les feux de tout le firmament, 

Et les champestres fleurs sur un Printemps decloses,

Qui des lis, des oeillets, des romarins , des roses

Peut le nombre nombrer des le commencement:

 

Qui peut nombrer encor dans la mer orgueilleuse

Des peuples escaillez ceste troupe nombreuse,

Et sonder de son doy les abysmes profonds,

 

Un tel peut le secret de ce secret comprendre,

Qui joint la Déité à notre chair de cendre,

Et à l'homme finy l'Eternité sans fons.

 

Mon âme, il faut partir. Jorge Gimeno. Anthologie de la poésie baroque française

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :