Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 08:45

Je prononce ton nom

Au coeur des nuits obscures

Lorsque viennent les astres

Boire à l'eau de la lune

Et que dorment les feuilles

Des secrètes ramures.

Je me sens tout sonore

De passion, de musique,

Folle horloge qui chante

Les heures de jadis.

Je prononce ton nom

En cette nuit obscure

Et je l'entends sonner

Plus lointain que jamais,

Plus lointain que toutes les étoiles,

Et plus plaintif que le bruit de la pluie.

Pourrai-je un jour t'aimer

Comme je fis naguère?

Mon coeur, où est la faute?

Si le brouillard s'éclaire,

Aurai-je une nouvelle

Passion, tranquille et pure?

Ah, si mes doigts pouvaient

Vous effeuiller, ô lune!

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 16:40

Celui qui lit pose dans chaque poèmr les mille couleurs de l'intime et du sens

Sur ce qui était l'angoisse de la page blanche,

Le bleu du silence apporte un peu de paix au centre du partage .

 

Les écrits dans l'arbre. Patrick Chemin . Ed. Epingle à nourrice 2013

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 07:13

J'ai longtemps attendu dans le bleu de la plaine

Apprivoisant les mains qui glissaient dans le vent

Il y a eu des cris vers l'Est

La femme et le chemin sortis d'un même geste

Un visage incliné sur la joue du couchant

Puis l'ombre a refermé la place restée vide

 

Il est là maintenant

Sous la terre encore fraîche

L'air a gardé l'éclat du dernier coup de bêche

Les clés de son royaume sont tachées de sang

Homme tu n'iras plus dans les maisons tranquilles

Où le bras d'une lampe écartait les soupçons

Tu ne chanteras plus en revenant des îles

Derrière ta poitrine et ses lourdes moussons

Sur tes yeux le soleil a brisé son feuillage

Entre dans les maïs et cherche ton passage

Ô coeur sois partagé par le fer des charrues

 

Nous parlons

Et c'est lui qui redescend la mer

Poitrine large ouverte

Epaules couronnées de lourdes plantes vertes

Belle tête accrochée au feu de sa toison

Car son corps désormais fait partie des saisons .

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:05

Vers la mer dans les blés

Je voudrais t'emporter

A cheval ou à pied

Mais souffle contre souffle

Ne disant que des mots

Qui nous feraient trembler

Ne glissant qu'un baiser

Humble et insaisissable

Entre nous et le sable

Ma peur et ta pudeur

Notre timidité

Et nous irions obscur

Dans la vie solitaire

Nous ebrasser debout

Derrière lesportes de la nuit

Laisse en moi cet enfant qui n'en croit pas les yeux

Quand tu les plonges au fond de mon coeur éternel

Laisse toujours danser dans ton sourire

Cette si jeune fille

Qui veut que nous soyons

Toujours

Des enfants qui s'aiment .

 

Philippe Léotard

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 08:23

Sans feu ni lieu

Ils errent depuis tant de siècles

Que leurs membres

Ne peuvent même plus ramer le soleil

 

Parfois ils consentent à se souvenir

Du visage d'une femme

Brûlant au coeur de l'orage :

La foudre est sa destinée.

 

Légataires des fleurs et des oiseaux 

L'amour mène l'aventure

Dans leur poitrine sourde,

Leurs mains sont promues à des odyssées exaltantes.

 

Oeuvre poétique . Editions de La Différence

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 09:57

Le ciel entrouvre la forêt

pour éveiller la source qui dort

avec de la terre au coin des lèvres

dans un silence d'écorce et d'été.

 

Tu poses ta bouche sur elle

et la source garde la marque d'un baiser

qu'elle portera jusqu'à la mer,

là où le soleil organise son plus grand bal.

 

Tu te laisses toucher par le ciel

qui n'a jamais été si près d'un visage de femme,

si près de cette tendresse dont le jour a besoin

pour briller plus sourdement au-dessus des fronts.

 

Et le soir lorsqu'il se couchera,

je saurai que les derniers reflets

dont il fait fondre l'espace

viennent tout droits de tes yeux.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 08:48

Sortilèges, calligrammes du vent

 

Revenir de l'enfance mal léchée

que taquinent les carreaux de chocolat

dans le garde-manger

 

Basculer sous l'échelle de verre

du rendez-vous d'avant-hier aux lèvres humides.

 

Garder l'empreinte de la limaille

en marge de l'agenda bleuté du savant.

 

De bord à bord, en herbes d'Aladin, joindre

les pensées digitales.

 

Dessiner dans les draps ouverts

la bienvenue du pays d'encastre.

 

Chanter en bulles de savon

le fameux air du point de fuite.

 

Rire toujours

parmi les fenêtres.

 

Nous vivons de ces creux, de ces passages, de tous

ces gestesentendus

au toucher du bref univers,

réclamant, à tort et à travers le jour,

de ne pas savoir où nousallons

pour que tous les chemins amoureux nous y mènent.

 

Amis, notre monde est le vôtre

quand il penche et s'étonne:

 

sortilèges, calligrammes du vent.

 

 

Extrait de " Il y a de l'innocence dans l'air" L'arbre à paroles 2014.

 

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 07:49

Je t'offrirai la terre, comme ça, follement

Sans raison apparente, tout simplement pour toi

Je t'offrirai les prés, les bosquets et les bois

Pour que tout t'appartienne je t'offrirai les champs

 

Et je t'offrirai l'eau d'où l'on tire la vie,

Les mers, les lacs, les sources et même l'océan;

Je t'offrirai la neige tant mon amour est grand

Pour ne rien oublier je t'offrirai la pluie

 

Je t'offrirai de l'air d'une douceur exquise

Mais aussi la tempête, le cyclone, l'ouragan;

Je t'offrirai les nuages emportés par le vent

Et pour te caresser je t'offrirai la brise

 

Je t'offrirai le feu qui dévore mon âme

Et consume ma vie quand je suis loin de toi

Et pour ne pas risquer que tu attrapes froid

Je t'offrirai la braise, je t'offrirai la flamme

 

Je t'offrirai le monde pour un jour de bonheur

Les plus grands horizons et toute la nature

Les étoiles du ciel pour unique parure

Et pour te réchauffer je t'offrirai mon coeur

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 13:57

Lumière! Oh!où est la lumière? Eveille-la au feu brûlant du désir!

La lampe est ici, sans qu'aucune flamme y tremble jamais! est-ce ton destin, mon coeur! Ah!pour toi la mort serait bien préférable!

Misère frappe à ta porte, son message est que ton maître veille et t'appelle au rendez-vous d'amour à travers l'obscurité de la nuit.Le ciel est chargé de nuages et la pluie ne cesse pas.

Je ne sais ce qui s'agite en moi-je ne sais ce que celà veut dire.

La lueur soudaine d'un éclair me rejette plus profondément dans l'ombre, et mon coeur cherche à tâtons le sentier où m'appelle la musique nocturne.

Lumière, oh! où est la lumière!Eveille-la au feu brûlant du désir! Il tonne et le vent s'élance en hurlant à travers l'espace.La nuit est d'un noir d'ébène. Ne laise pas les heures s'écouler dans les ténèbres. allume la lampe d'amour avec ta vie.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 09:14

La vie je la perdais à la gagner

En d'autres temps, quand je croyais encore

En ma poche, en la chambre et le repas.

 

J'ai perdu pour Vénus mon temps, ma tête

En d'autres temps-mais d'elle j'achetai

Définitif amour de la distance

 

Parcouru terre et mer, passai les monts

Comme ceux-là qui vont chercher fortune

Souffris assez le long des longues routes-

 

Mais j'arrivai et j'eus enfin la lune

La fourche des chemins, des nuages nouveaux, un sillage

D'hirondelle et ces couchers de soleil-là

 

D'une dernière perle de famille

Fis une bague et la donnai à une

Mienne aimée qui ne fut jamais mienne et s'en alla.

 

Je possède, -coquille par coquille

Acquis, -un grand trésor de poésie

Sache-le toi quiconque, - et te le donne.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :