Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 05:00

Ce qui n'est pas mais qui existe

Au creux de ses amours d'enfance

Ou bien ailleurs, mais assez loin

Pour avoir l'air de ne plus être

La chronologie se balance

Ce rien qui, un instant, hésite

 

Ce qui aurait pu

Si d'autres moments

Si d'autres amours ou d'autres passantes

Ce que le hasard fait de l'existence

Ce que les regards contiennent parfois

Ce qui a été

Ce qui n'a pas pu

Ou bien qu'on savait

 

Ce qui s'évapore et revient

Du plus profond de son oubli

Et qui était en fait au bord de la mémoire

Il y a ce qui nous retient de nos errances

Ce qu'on a fait de soi, de rien

Ce qu'on a laissé du hasard

Sur le chemin

 

Ce qu'on croyait et qui existe

Ce qu'on a cru a existé

Ce qu'on a pas vu tout de suite

Ce qu'on s'interdit

 

Ce qui aurait pu si un autre jour

Si on avait dit...

Ce qu'on aurait dit si un autre jour...

Ce qu'on aurait pu

 

Il suffit d'on ne sait

Quel hasard en quel lieu

Et c'est un autre hasard

Sait-on ce qui s'enfuit

 

Ce qui s'en va

Ce qui n'est pas mais qui existe

Ce rien qui, un instant, hésite

 

Ce n'est qu'une histoire

De minutes et de vent

Quand on rate un moment

On y laisse sa vie

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 07:54

D'âge en âge des oiseaux nichent

dans un arbre généalogique.

Et d'autres, familiers de l'origine du monde,

dans l'arbre ambigu

de la science du bien et du mal.

 

Dans les jardins de mars

des anges aux épaules nues

fantasment des incarnations

et d'autres mises au monde

chez des vierges de décembre.

 

Ailleurs en d'autres saisons

des tempêtes s'en prennent à des forêts

dont les arbres rentrent leur feuillage

entre les épaules,

leur salive dans les racines.

 

Plus tard il neige sur le livre

et sous la neige le titre prend feu.

Le chant premier de l'ouvrage

devient le sombre récit d'une fiction ,

puis il pleut sur le feu et le livre s'éteint.

 

Et d'arbre en arbre, de branche en branche,

d'oiseau mouillé en oiseau brûlé,

de jardin en forêt, de strophe en strophe

et de vers en vers, le poème s'embrouille:

il lui faut déclarer forfait.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 08:41

Je suis sur la montagne et contemple la baie

Les bateaux reposent à la surface de l'été.

"Nous sommes des somnanbules.Des lunes à la dérive".

Voilà ce que les voiles blanches me disent .

 

"Nous errons dans une maison assoupie.

Nous poussons doucement les portes.

Nous nous appuyons à la liberté."

Voilà ce ques voiles blanches me disent.

 

J'ai vu un jour les volontés du monde s'en aller

Elles suivaient le même cours- une seule  flotte.

"Nous sommes dispersées maintenant . Compagnes de personne."

Voilà ce ques voiles blanches me disent.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 05:00

Laisse venir à toi ce qui n'a pas de nom:

ce qui est racine et n'a pas atteint l'air: le flux

de l'obscur qui monte en houles: le vagissement brutal

de ce qui gît et s'acharne vers le haut:

où à son tour il sera dissout dans l'ultime forme

des formes:racine inverse: la flamme. 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 05:15

Nous inscrivons notre nom

dans tout ce qui passe

bribe

parcelle

miracle

rompu

recréé

à chaque lettre

 

Nous inscrivons notre nom dans les poitrines

au creux des souffles

que nous ne connaîtrons jamais.

 

 

Notre nom est une île. Jeanne Benameur. Editions Bruno Doucey

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 16:37

Il dit

Je suis né sans savoir

Sans miroir pour me dire

 

Qui est cet autre qui me regarde

Comme si je n'existais pas

 

Celui qui a semé en moi

Tant de doutes tant de folie

Tant de combats tant de colère

Tant de murs tant d'innocence

 

C'est moi dit-il

Ce n'est rien que moi.

 

Quand la nuit consent à me parler.Amanda Devi. Editions Bruno Doucey 2011.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 05:00

Ecoute-moi revivre dans ces forêts

Sous les frondaisons de mémoire,

Où je passe verte

Sourire calciné d'anciennes plantes sur la terre,

Race charbonneuse du jour.

 

Ecoute-moi revivre, je te conduis

Au jardin de présence,

L'abandonné au soir et que les ombres couvrent,

 L'habitable pour toi dans le nouvel amour.

 

Hier régnant désert, j'étais feuille sauvage

Et libre de mourir,

Mais le temps murissait, plainte noire des combes,

La blessure de l'eau, dans les pierres du our.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 06:20

Je voudrais te connaître jusqu'à l'enfance

Comme en remontant un fleuve tranquille

Jusqu'au village ancien mûri au creux de l'eau

Tailladé de contre-jour

Par-delà l'arche blanche et le gué à fleur de glace

-Remontée jusqu'à l'hiver

Et la chambre à l'odeur de bois qui rit toute seule

Parmi les jouets d'autrefois gauches ensommeillées

Devant l'armoire entrouverte la glace ironique et vide

Le rire au goût de robe

Et l'avalanche dans la grange au fil du foin

Je descends le fleuve qui monte

Je le descends vers sa naissance dans ces plis miroitants et lourds

Au long des méandres pesants portant un poids profond et cher

Tu seras là

Femme prise à la source

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 05:00

Amoureuse au secret derrière ton sourire

Toute nue les mots d'amour

Découvrent tes seins et ton cou

Et tes hanches et tes paupières

Découvrent toutes les caresses

Pour que les baisers dans tes yeux

Ne montrent que toi tout entière

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 05:00

Laissez-moi entrouvrir cette porte d'auberge

Car je cherche quelqu'un d'un haut pays de neige

Comme une odeur de lys au déclin d'un été

Il avait pris soudain un chemin de traverse

Où le ciel enroulait ses écharpes de blé

Et voici que la salle est vide et que son pas

S'efface comme un bruit de source dans les bois 

Comme un léger murmure d'ombre avant l'averse

Et nul ne sait plus rien de lui sinon qu'il reste

Dans le verre brisé sur le coin de la table

Un sillage terni de sang coagulé

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :