Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 07:16

Je traverse la nuit jusqu'à ne voir

de toi qu'un éphémère envol

quelque chose de gris qui surnage

et descend et se métamorphose

 

J'oublie tout des regards et de la plainte

douce qui s'habille au couchant

dès que l'automne ploie dès

qu'aujourd'hui s'endort

 

Tu bouges un peu en attendant tu te

rassembles pour surgir

contre la pointe d'un couteau

 

On convoque à nous deux

l'essentiel du voyage en murant

le sommeil en oubliant la plaie

qui brise nos miroirs

 

puisqu'il nous faut mourir

au seuil de la mémoire et de l'ennui

un peu de nos prénoms

 

une arme pour vibrer

une âme pour chanter.

 

Poème inédit.

 


Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 06:00

J'ai peut-être perdu tous mes yeux dans la mer...

venue comme un ancien pressentiment d'étoiles

une femme soudain m'a donné un visage

qu'elle semblait avoir ramassé dans les cendres

 

il m'arrivait d'avoir des dimanches de vagues

j'écoutais sur le sable de vieilles détonations

les femmes portaient des masques pour allumer l'aurore

et je dilapidais l'obscurité des mondes

 

les maisons fortes tombaient lentement dans la mer

un enfant commandait un feu invisible

et je voyais rouiller des hommes privés de gestes

 

ces femmes recouvraient le visage des jours

elles roulaient dans leurs doigts un peu de ciel rouge

qu'on découvre parfois dans les plis de la mort...

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 06:00

Toi qui es la rose ô mystérieuse rose en ce temps de l'année

Encore comme une incarnation le bois vert à la coupure

Rien qu'un bois entré dans la terre

Enté sur la terre une croix contraire à la tombe

Une mandragore mutilée

Qui prend racine dans l'hiver

Encore comme une main sournoise sous les draps caressant

Les jambes sommeillantes de l'hiver

Les racines dans la terre encore gelée

Rien ne fait pressentir ce frémir vert cet étirement tendre

La tige molle avec ses yeux plissés l'aisselle tournante de la feuille

Le printemps de hair et de rosée

Rien de cette grille noire sur l'avenir

De ce gréement de griffes rien

De cette grimacerie de grillons de ce grime

D'oiseaux morts

Rien ne trahit ce grisou de parfum cet éclatement

De paupière cette conspiration fraîche

Cette respiration de couleurs qui sera

La rose.

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:00

Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrins

Ciel dont j'ai dépassé la nuit

Plaines toutes petites dans mes mains ouvertes

Dans leur double horizon inerte indifférent

Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin

Je te cherche par-delà l'attente

Par-delà moi-même

Et je ne sais plus tant je t'aime

Lequel de nous deux est absent.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 08:46

Qui de moi vous connait monstre d'un labyrinthe

En mon corps fermé contenu

Et n'est-il pas normal que j'aborde avec crainte

Cet itinéraire inconnu.

 

Chaque pas que je risque en ma propre personne

Me révèle d'autres détours.

Quelquefois le courage en route m'abandonne

Et quelquefois j'ose et je cours.

 

Mon coeur bat la chamade à l'angle d'une rue

Où conduisent ces souterrains?

Et ne mourrais-je pas de la forme apparue

Que je désire et que je crains.  

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 06:00

La mort viendra et elle aura tes yeux

Cette mort qui est notre compagne

Du matin jusqu'au soir, sans sommeil

Sourde, comme un vieux remords

Ou un vice absurde. Tes yeux

Seront une vaine parole

Un cri réprimé, un silence.

Ainsi les vois-tu le matin

Quand sur toi seule tu te penches

Au miroir. Ô chère espérance,

Ce jour-là nous saurons nous aussi

Que tu es la vie et que tu es le néant.

La mort a pour tous un regard.

La mort viendra et elle aura tes yeux

Ce sera comme cesser un vice,

Comme voir resurgir

Au miroir un visage défait

Comme écouter des lèvres closes

Nous descendrons dans le gouffre muet.

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 06:00

Je me suis réveillé sous l'azur de l'absence

Dans l'immense midi de la mélancolie

L'ortie des murs croulants boit le soleil des morts

Silence.

 

Où m'avez-vous conduit, Mère aveugle,ô ma vie?

Dans quel enfer du souvenir où l'herbe pense,

Où l'océan des temps cherche à tâtons ses bords?

Silence.

 

Echo du précipice , appelle-moi! Démence,

Trempe tes jaunes fleurs dans la source où je bois,

Mais que les jours passés se détachent de moi!

Silence.

 

Vous qui m'avez créé, vous qui m'avez frappé,

Vous vers qui l'aloès, coeur des gouffres, s'élance,

Père! à vos pieds meurtris trouverai-je la paix?

Silence.

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 06:00

La terre leva la tête

De l'affreuse, lugubre noirceur

Lumière enfuie,

Pierreuse horreur;

Et ses mèches couvertes d'un gris désespoir

 

"Captives sur le rivage

Avec la jalouise constellée pour gardienne;

Blanchi et froid,

Pleurait sur moi,

J'entends le Père des anciens hommes.

 

Egoïste père des hommes!

Egoïste, jalouse et cruelle terreur!

Le délice, pourrait-elle,

Enchaînée dans la nuit,

L'enfanter, la vierge jeunesse du matin?

 

Le printemps cache-t-il sa joie

Quand paraissent bourgeons et fleurs?

Est-ce la nuit

Que sème le semeur? Dans le noir

Que laboure le laboureur?

Brise cette lourde chaîne

Qui glace mes os alentour.

Vain, égoïste,

Eternel interdit

Qui tient le libre Amour esclave dans les fers!"

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 06:00

Dites-moi où, n'en quel pays

Est Flora la belle romaine

Archipiades, ne Thaïs,

Qui fut sa cousine germaine,

Echo parlant quand bruyt on mène

Dessus rivière ou sur étang,

Qui beauté eut trop plus qu'humaine?

Mais où sont les neiges d'antan?

 

Où est la très sage Hélois,

Pour qui fût chatré et puis moine

Pierre Abélard à Saint-Denis?

Pour son amour eut cette essoyne!

Semblablement où est la royne

Qui commanda que Buridan

Fût jeté en un sac en Seine?

Mais où sont les neiges d'antan?

 

La royne Blanche comme liz

Qui chantait à voix de sirène,

Berthe au grand pié, Bietriz, Aliz

Haremburgis qui tint le Maine,

Et jehanne, la bonne lorraine,

Qu'Anglais brulèrent à Rouen;

Où sont-ils, où, Vierge souveraine?

Mais où sont les neiges d'antan?

 

Prince, n'enquerrez de semaine

Où elles sont, ne de cest an,

Que ce refrain ne vous remaine:

Mais où sont les neiges d'antan?

 

 

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 15:32

Dans les ténèbres qui m'enserrent

Noires comme un puits où on se noie

Je rends grâce aux dieux quels qu'ils soient

Pour mon âme invincible et fière

 

Dans de cruelles circonstances

Je n'ai ni gémi ni pleuré

Meurtri par cette existence

Je suis debout bien que blessé

 

En ce lieu de colère et de pleurs 

Se profile l'ombre de la mort 

Je ne sais ce que me réserve le sort 

Mais je suis et je resterai sans peur 

 

Aussi étroit soit le chemin 

Nombreux les chatiments infâmes 

Je suis le maître de mon destin 

Le capitaine de mon âme.  

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :