Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 16:32

Jean-Luc Despax

Des raisons de chanter

Editions le Temps des cerises. 11 E

 

Dès les premières pages de ce recueil, Jean-Luc Despax s’interroge : « Se trouve-t-il dans ce pays, non seulement un poète, mais encore un homme/ Pour dénoncer avec pertinence ceux qui nous font croire au purgatoire/ Pour mieux protéger leurs paradis fiscaux ? ». On l’a compris, il y en a au moins un : Jean-Luc Despax et celui-ci est un poète « engagé ». Mais quelle poésie ne l’est pas ? On sait, au moins depuis Aragon en France, que la poésie politiquement engagée, peut produire, entre des poèmes de résistance et quelques odes à Staline  le meilleur parfois et presque toujours le pire. Jean-Luc Despax le sait aussi, qui a écrit sur le poète Ossip Mandelstam, victime des purges staliniennes. Si ce dernier fustigeait avec véhémence Le montagnard du Kremlin, Jean- Luc Despax, lui, laisse monter sa colère « face au cynisme néolibéral, ce désir calculé par les nouvelles castes de faire accepter comme une amélioration ce qui est de l’ordre de la dégradation des vies ». Lutter contre les injustices avec des mots et ériger la poésie en dernier recours contre la marchandisation du monde, tel est le but qu’assigne Jean-Luc Despax à la sienne. Il le fait avec des vers libres, dans tous les sens de ce mot et des mots comme des coups de poing .En fait, ce recueil est un véritable ring où le poète livrerait un combat de boxe, tant ses mots ont la puissance d’un uppercut et nombre de ses vers laissent le lecteur KO. Si, de ce combat de rue, à mains nues et à mots crus, Despax sort vainqueur,  la bien-pensance , politique autant que poétique , elle, en sort groggy . En soixante-dix poèmes bien frappés, de Réalisme et budget poissons à Les agios pétaradent en passant par Economie reprisal, ce sont tous  les travers de notre société du spectacle et les errements de l’économie financiarisée qui sont cloués au pilori. Nous sommes aux antipodes d’une poésie de salon ou de Sorbonne, c’est d’une poésie « populaire » qu’il s’agit, faite pour être clamée au sortir d’un atelier d’usine. Cela fait des décennies qu’une telle voix poétique ne s’était élevée en France, une voix qui n’est pas sans rappeler la voix de Prévert du temps du groupe Octobre, quand le mot « populiste » n’était pas péjoratif et que celui d’ « ouvrier » n’était pas un gros mot. Poésie qui s’empare de la crise, du chomage, de la finance, de l’actualité et qui la commente comme aucun journaliste économique ou politique n’ose plus le faire, pour la faire revenir à l’une de ses sources : le peuple.

Nous lisons le journal, nous buvons un café

Il ne fait pas très chaud pour aller travailler

Dans la nuit de banlieue, le cœur ne se perd pas

Il pompe ce qu’il peut avec tout ce qu’il a

Nos associations d’idées ? Punies par la loi

Servant la société pour quelques cheveux blancs

Nous tentons d’oublier nos névroses dodues

Obligés de parler de parler de parler

Et si nos vers sont faux, treize, quatorze, douze

Même nos E muets ont quelque chose à dire ...

 

Magazine littéraire- Juillet-Aout 2912  

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans chroniques d'AJL
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :