Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 08:51
Ils étaient deux. Hugo Von Hofmannsthal

Une coupe au bord de la bouche, 

elle allait d'un si ferme pas

et la main si sûre que pas

une goutte ne se versa

 

Il montait un cheval farouche

Si sûre et ferme était sa main 

que, frémissant au coup de frein 

le cheval s'arrêta soudain 

 

Et pourtant, quand la main légère 

à l'autre main gantée de fer 

cette simple coupe tendit, 

ils tremblaient si fort, elle et lui, 

que les mains ne se rencontrèrent

et le vin noir se répandit . 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacques Viallebesset - dans Mes poètes et poèmes préférés
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :